Le verger conservatoire participatif
Verger du domaine de Merval

L’origine du verger

Le verger conservatoire de Merval a été constitué à partir des années 1980 par Fernand Bazerque, pomologue reconnu, en partenariat avec lycée agricole du pays de Bray, sur des terrains lui appartenant. Il rassemble plus de 400 variétés de pommes, menacées de disparition à la suite des transformations de l’agriculture brayonne.

Pourquoi un projet européen LEADER ?

logo Union Européenne - Leader

LEADER (Liaison Entre Actions de Développement de l’Économie Rurale) est un programme européen de développement rural

Les analyses ADN effectuées par l’INRA en 2018 démontrent que le verger recèle une centaine de variétés uniques. C’est donc un trésor génétique de grande valeur, atout majeur pour faire évoluer, dans les décennies à venir, les variétés de pommiers vers plus de rusticité pour permettre la diminution, voire la suppression de l’usage des produits phytosanitaires et une adaptation aux nouveaux goûts des consommateurs comme aux changements climatiques.

Cette action de sauvegarde, d’étude et de développement engagée depuis avril 2019 vise à prolonger les actions antérieures pour rendre pérenne une ressource rare et fragile, actuellement représentée par seulement deux ou trois sujets installés au même endroit, sur les mêmes sols, et à étudier dans le temps les spécificités de chaque variété (forme et vigueur de l’arbre, date de floraison, productivité, alternance éventuelle, qualités organoleptiques du fruit, des jus ou du distillat, résistance aux parasites et aux maladies, adaptation au changement climatique…).

Le verger conservatoire est en lien avec la ferme du lycée (cidrerie distillerie), la filière cidricole, les associations pomologiques, l’INRA, d’autres sites de conservation, notamment celui de Villeneuve d’Ascq.

Les objectifs à atteindre :

  • Sécuriser la ressource génétique en multipliant les pommiers rares sur d’autres sites, d’autres sols, dans d’autres conditions d’exposition… et en étudiant chaque variété pour en établir les qualités propres.
  • La rendre accessible en établissant un fichier participatif, en réseau, permettant de recueillir les données collectées par tous les acteurs, qui se réapproprieront la biodiversité cultivée des pommiers.
  • Déterminer par des analyses les qualités organoleptiques des fruits et des produits qui en sont issus.
  • Aider à l’installation de vergers de production utilisant les pommiers rares du verger conservatoire pour retrouver la variété et la typicité des produits locaux, et particulièrement du jus de pomme, du cidre et du calvados.
  • Promouvoir le verger auprès de différents acteurs (producteurs, consommateurs, touristes…)

Au profit de qui ?

  • Acteurs de la filière cidricole et de la production de pommes de table
  • Particuliers, entreprises, communes et collectivités impliquées dans la sauvegarde de la biodiversité,
  • Scolaires, étudiants en agronomie…
  • Acteurs du tourisme.

Avec quels moyens ?

Logo : PETR du Pays de Bray

Le projet bénéficie de moyens financiers apportés par la communauté de communes des 4 rivières (CC4R), dont le siège est à Gournay en Bray (20000 euros en 2018 et 9983 euros en 2019 correspondant à la contrepartie des fonds LEADER (39918 euros, qui seront versés après l’achèvement du projet).

L’association du domaine de Merval aura donc besoin de nouvelles aides en 2020 et 2021 en attendant le versement des fonds LEADER.

Le projet bénéficie de l’appui du lycée agricole, de l’investissement de nombreux bénévoles, et de ressources tirées des animations réalisées.

Les dépenses concernent principalement les salaires, de l’équipement, des analyses de jus…

Où en sommes-nous ?

La réalisation du projet avance : photographies des pommes et pommiers, préparation du site internet, diffusion d’arbres greffés, analyse des jus, communication autour du verger.

Un projet régional ?

Sollicitée par la région Normandie, l’association travaille en partenariat avec les interprofessions des AOC pour monter un projet de structuration des filières afin que la typicité de chaque terroir ressorte au travers des variétés locales.