You are currently viewing La Région Normandie, premier partenaire de l’ADM
La région Normandie premier partenaire de l'ADM

La Région Normandie est le premier partenaire de l’ADM – Association du Domaine de Merval. Permettez-moi de vous le conter.

La belle au bois dormant ….

Chers lecteurs, vous connaissez tous le conte de la Belle au Bois Dormant qui fut plongée par une méchante fée durant 100 longues années dans un profond sommeil ?

C’est en quelque sorte la même mésaventure qui est arrivée à notre pomme à cidre en Normandie.

Au 19éme siècle, les innombrables variétés de pommes décrites dans les ouvrages marquent son apogée à cette époque dopée par une consommation abondante de breuvages à base de pomme mais également par le phylloxéra qui permis un report du raisin sur la pomme (une littérature abondante en atteste).

L’effet dévastateur des guerres ; le cidre, moins stable que le vin est difficile à transporter vers le front. A noter également l’arrêt définitif des exportations de pommes à cidre du Pays de Bray vers l’Allemagne par trains entiers avec la seconde guerre mondiale. Par ailleurs, la simplification amenée avec l’ére industrielle a sonné progressivement sinon le glas, la mise en sommeil, le délaissement, l’abandon de nombreuses variétés (certaines d’entre elles disparaissant pour toujours…).

… et les princes charmants

Il aura fallu, un siècle plus tard, l’apparition de princes charmants des vergers modernes à l’instar de Fernand Bazerque et toute la passion qui les animera pour réveiller les belles endormies, les choyer pour les placer en position de susciter à nouveau l’intérêt au sein de vergers conservatoires comme celui de Merval !

Accueil de la famille Bazerque au verger conservatoire
Accueil de la famille Bazerque au verger conservatoire

Ainsi la France a la chance inouïe de détenir le plus important patrimoine génétique de pommes à cidres au monde, enviée pour cela par des pays gros producteurs de produits cidricoles comme le Canada ou les Etats-Unis qui produisent leurs cidres principalement à partir de pommes de table.

Aussi, à l’exemple de la filière viti-vinicole qui a opéré une profonde mutation dans les années 90, passant d’une production industrielle de qualité variable (rappelez-vous, on allait jusqu’à nous proposer du vin en tétra pack !) pour s’orienter vers des volumes réduits mais des produits plus qualitatifs (essor du label des Vignerons indépendants).

Dans les années 2000, c’est la bière qui a opéré sa renaissance avec un délaissement progressif des bières industrielles pour des bières fabriquées par des brasseries artisanales et des recettes réinventées.

Enfin, depuis une petite dizaine d’année, des producteurs transformateurs portés par l’envie d’élever des cidres de qualité exprimant des typicités portant leur signature redonnent des couleurs à la filière cidricole dans un contexte favorable porté par des consommateurs en recherche de boissons naturelles aux saveurs renouvelées.

Sur le plan culinaire, plusieurs grands chefs étoilés ont remis à l’honneur le cidre dans la préparation de leurs plats mais également pour les accompagner, élargissant par là le champ des possibles d’une association par trop réductrice avec la célèbre galette bretonne.

Des produits de la boutique - ferme du domaine de Merval
Des produits de la boutique – ferme du domaine de Merval

C’est dans cette mouvance que le salon international Cidrexpo qui s’est tenu à Caen en 2019 a rencontré un succès inattendu, relançant l’intérêt pour ce merveilleux breuvage à base de pommes.

Pour revenir aux fondamentaux, qu’est ce qui fait un bon cidre ? Il faut réunir des pommes qui s’y prêtent, douces, amères, douces-amères acidulées, un terroir (fond de vallée, plateau, nature du sol, exposition etc) et enfin un savoir-faire (assemblage, élevage..)

Verger du domaine de Merval
Verger du domaine de Merval

Considérant que le premier ingrédient est donc la pomme, que ce fruit est emblématique de notre belle région Normandie mais aussi qu’apparemment selon une étude récente de l’IFPC (Institut Français des Productions Cidricoles), les 2/3 des vergers basses-tiges seraient à renouveler dans les 10 ans à venir, nous avons réalisé que nous avions un rôle déterminant à tenir dans la filière cidricole pour les 2 prochaines générations. (la durée d’un verger basses tiges étant d’environ 30 à 40 ans).

La Région Normandie, un partenaire essentiel de l’ADM

Logo Région Normandie
Logo Région Normandie

C’est ainsi qu’en décembre 2020 un petit groupe de travail pluridisciplinaire de l’ADM a travaillé d’arrache-pied afin de formaliser un appel à projet de la Région Normandie que nous avons intitulé « Pommes à cidre et à jus : connaissance, promotion et diffusion de variétés oubliées des terroirs normands ».

Ce projet d’une durée de 3 ans, présentant le gros avantage de pouvoir financer du fonctionnement porte sur un montant de 140K€ (fonds européens LEADER, subvention région et 20 % d’autofinancement). Il est piloté par l’ADM dont l’essentiel des ressources lui reviendra (environ 85 K€), permettant la prise en charge des salaires de notre animatrice verger ainsi que la création d’un poste d’ouvrier agricole à mi-temps pour aider à l’entretien du verger entre juillet 2021 et juillet 2024.

logo Union Européenne - Leader
Union Européenne – Leader : Fonds européen agricole pour le développement rural.

Nous bénéficions pour ce faire du soutien de la Chambre Régionale d’Agriculture de Normandie, du CICD (Interprofession qui gère les produits cidricoles en appellation) et de l’IFPC (Institut Français des Productions Cidricoles) qui sont nos partenaires.

Pour parler du projet en lui-même, nous avons proposé une méthodologie permettant de remettre sur le devant de la scène et à la disposition des producteurs-transformateurs de la filière entre 15 et 20 variétés de pommes à cidre et à jus présentant des qualités utiles à la profession et en assurer la promotion.

Exposition permanente de pommes au pigeonnier
Exposition permanente de pommes au pigeonnier

Certains d’entre vous peuvent penser que 15 à 20 variétés c’est finalement bien peu ne serait-ce que par rapport aux 200 variétés que renferme à lui seul le verger conservatoire de Merval ?

A ceux-là, je répondrai qu’aujourd’hui l’essentiel de la profession travaille avec 20 à 25 variétés en tout dans notre région.

Aussi, si notre projet rencontre le succès que nous escomptons, il pourrait amener à quasiment doubler l’offre de variétés auprès de la filière cidricole normande ! Pas mal ?

Nous avons été amenés à soutenir en avril dernier notre projet (en visio, pandémie oblige) auprès de la direction de l’Agriculture de la Région qui l’a d’ailleurs accueilli avec beaucoup d’enthousiasme, saluant le travail réalisé et nous promettant qu’ils nous suivraient de près dans nos avancées puisque le sujet qu’il défend est en lien direct avec le « Plan pommes » porté par la Région.

Sur les 9 dossiers déposés et retenus en février 2021, notre projet a été classé en deuxième position avec une note très proche de celle du lauréat avec 129 points (le premier ayant recueilli 134 points et le moins bon 74). On peut s’en féliciter au vu des moyens matériels limités dont dispose notre association et du temps dont nous avons disposé pour la mise en forme de ce projet partenarial.

Nous avons ainsi trois ans devant nous (plus tout à fait) pour asseoir un peu plus le rayonnement de l’ADM comme un acteur dynamique incontournable au service de l’interprofession cidricole à l’échelle de la région Normandie.

  • *CICD : Interprofession qui gère les produits cidricoles en appellation
  • **IFPC : Institut Français des Productions Cidricoles

Hugues PHILIPPE
Vice Président de l’ADM, Association du domaine de Merval.